TERRA (LUNA) : UN AN APRÈS SON ARRESTATION, LA DESTINATION DE DO KWON RESTE INCERTAINE

Alors qu’il semblait que l’affaire Do Kwon touchait à sa fin et que le principal inculpé du scandale Terra (LUNA) s’apprêtait à retourner dans son pays d’origine, un revirement inattendu s’est produit : le procureur général a relancé l’affaire !

Renvoyé de la Corée du Sud, le détenu le plus médiatisé du Monténégro demeure pour le moment derrière les barreaux du pays.

En attendant que son sort soit décidé dans les plus hautes instances de Podgorica, où le système judiciaire est en plein débat sur ce dossier. Cap sur les côtes de la mer Adriatique pour faire le point sur la situation.

L’extradition vers la Corée du Sud paraissait entérinée par la justice monténégrine…

Les péripéties de Do Kwon au Monténégro semblent loin d’être achevées malgré son séjour d’un an dans le pays !

Depuis son arrestation le 24 mars 2023 à l’aéroport de Podgorica alors qu’il tentait de s’envoler pour Dubaï avec de faux documents !

Le fondateur de Terra (LUNA) croupit en prison en Europe, en attente de la décision quant au lieu de son jugement.

Les autorités américaines et sud-coréennes se livrent une lutte acharnée en coulisses pour obtenir son extradition, cherchant à séduire le Monténégro.

Il serait fastidieux de résumer toute une année faite de démarches juridiques, d’appels, de décisions annulées puis rétablies, par la suite à nouveau annulées. Pour ceux qui auraient manqué les événements précédents, vous pouvez vous replonger dans la première saison en cliquant ici. Pour les autres, intéressons-nous à l’actualité du jour : la suspension de l’extradition vers Séoul suite à une contestation déposée par le procureur général du Monténégro.

LIRE  Anti crypto: Joe Biden sur le podium ?

Et la surprise de la part du procureur !

Juste quand tout semblait être réglé et que l’on s’attendait à ce que Do Kwon embarque dans un avion à destination de son pays d’origine, voilà que tout est chamboulé. Le bureau du procureur général vient en effet de présenter une requête à la Cour Suprême du pays, demandant un examen de la légalité de la procédure. En question : la décision de la Cour d’appel, confirmant celle de la Haute Cour de Justice de Podgorica autorisant l’extradition du suspect vers la Corée du Sud.

D’après le procureur général, le tribunal aurait « enfreint les dispositions légales » en optant pour « une procédure abrégée ». Seul le ministère de la Justice aurait le droit de prendre une telle décision. Il est difficile de déterminer qui a raison dans cette affaire, et il est incertain que cette nouvelle procédure aboutisse. Est-ce une pression de Washington, mécontent de voir Do Kwon partir pour la Corée ? Ou est-ce une manœuvre des avocats du suspect, préférant le voir rester au Monténégro ?

La seule chose certaine pour l’instant est que Do Kwon n’a pas pris l’avion comme prévu, et qu’il devra attendre encore un peu avant de savoir où il sera jugé. Apparemment, il vaudrait mieux pour lui échapper aux États-Unis, où les peines sont lourdes, contrairement à la Corée du Sud où il risquerait seulement 30 ou 40 ans de prison.

Retour en haut