Etf Bitcoin: Blackrock ou Grayscale ?

Il y a de cela exactement quatre mois, le 10 janvier, la Securities and Exchange Commission (SEC) a finalement donné son aval à 11 ETF Bitcoin au comptant, mettant ainsi un terme à un imbroglio médiatico-politique à la fois cocasse et historique.

Depuis lors, ces instruments financiers ont pulvérisé tous les records, et même chez le géant BlackRock, jamais un tel engouement n’avait été observé !

Les volumes, les flux de capitaux, la demande des investisseurs institutionnels, tous les indicateurs sont au vert pour ces ETF indexés sur la valeur de la première cryptomonnaie du marché. Cependant, dans l’ombre de ces performances impressionnantes, une lutte sans merci a éclaté pour déterminer qui prendrait la tête de ce nouveau marché.

Grayscale était en pole position au départ, mais Larry Fink a depuis mobilisé toute sa puissance, et BlackRock rattrape progressivement son retard pour talonner aujourd’hui le GBTC. Faisons le point sur ce duel au sommet de la finance.

L’ETF IBIT DE BLACKROCK PRENDE DES PARTS DE MARCHÉ PEU À PEU

Pour mieux comprendre les trajectoires croisées de ces deux leaders du secteur, revenons un instant en arrière. Au lendemain de l’annonce de la SEC, Grayscale disposait déjà de 30 milliards de dollars d’actifs sous gestion grâce à la simple conversion de son fonds en GBTC, tandis que BlackRock partait pratiquement de zéro.

Comme le montrent les deux graphiques ci-dessous, que ce soit en termes de volume ou de bitcoins détenus, la société de Michael Sonnenshein dominait largement les débats au cours des premières semaines de négociation et de vente.

LIRE  Affaire Ftx: Des SOL brader à 64 dollar !

Selon les données de The Block, après deux mois d’activité, l’écart était toujours significatif, Grayscale affichant 23,4 milliards de dollars d’actifs sous gestion (AUM) contre seulement 4,4 milliards pour son concurrent.

Cependant, en avançant dans le temps et en examinant les chiffres du mardi 9 avril, on constate une remarquable remontée de l’équipe de Larry Fink !

Au dernier relevé, l’écart s’est considérablement réduit, BlackRock affichant 18,2 milliards d’AUM contre 23,2 pour Grayscale. À ce rythme, l’identité du futur leader du marché ne fait guère de doute.

L’ETF BITCOIN DE GRAYSCALE S’ESSOUFFLE

On observe clairement une inversion de tendance au fil des semaines sur les deux graphiques ci-dessus, où la part du GBTC (en bleu) diminue progressivement face à la montée inexorable de BlackRock (en vert clair).

En ce qui concerne les volumes cumulés sur le graphique de gauche, la part du GBCT est passée de 50% au lancement des ETF à 23,5% lors du dernier relevé mardi dernier.

Ce jour-là, l’IBIT a enregistré 128,7 millions de dollars d’entrées tandis que Grayscale enregistrait 154,9 millions de sorties, symbolisant la dynamique à l’œuvre sur ce marché.

Pour expliquer cette situation, plusieurs facteurs doivent être pris en compte, notamment la vente de nombreuses parts du GBTC par la société Genesis.

Actuellement en faillite, Genesis a récemment été autorisée par la justice à vendre pour 1,3 milliard de dollars de ses parts dans le fonds, devenu ETF, ce qui pourrait en partie expliquer ces volumes négatifs.

C’est l’avis d’Eric Balchunas, analyste principal des ETF chez Bloomberg, qui ajoute que les frais de gestion sont également plus élevés chez Grayscale, et qu’au moment du choix, certains clients ont préféré se tourner vers la concurrence : le géant BlackRock.

LIRE  Crypto: Le Bitcoin dépasse la barre des 70 000 dollar !

Enfin, un mot sur le troisième acteur de cette guerre économique : Fidelity.

Toujours dans l’ombre de ses deux concurrents, l’entreprise dirigée par Abigail Johnson se positionne également comme un sérieux prétendant aux premières places du podium et envisage déjà, comme les autres, de proposer bientôt un ETF Ethereum, avec même la particularité d’offrir un rendement grâce au staking. Mais ceci est une autre histoire…

Retour en haut