Defi: Uniswap dans le viseur de la SEC ?

Uniswap vs SEC. Il est clairement établi que les organes de régulation – ainsi que d’autres initiatives telles que la loi MiCA – cherchent principalement à entraver le développement du secteur des cryptomonnaies sans véritablement chercher à l’accompagner.

Cela révèle une incompréhension fondamentale face à une économie décentralisée et transparente qui redéfinit notre rapport à l’argent, à Internet et à la finance dans son ensemble.

Cette approche punitive est largement alimentée par la SEC des États-Unis, qui agit de manière agressive, semblable à un roquet insupportable, attaquant désormais Uniswap Labs, annonçant une prochaine action en justice à leur encontre par le biais d’un avis Wells.

UNISWAP : LE CHEF DE FILE DE LA DEFI MADE IN US

Uniswap se positionne comme le pionnier des applications décentralisées (dApps) dans le domaine de la DeFi. Fondée en 2018, cette plateforme a largement inspiré et souvent été imitée par d’autres protocoles cherchant à gagner des parts de marché.

Le DEX Uniswap domine largement la concurrence, avec un volume bien supérieur à celui des autres plateformes décentralisées (DEX), malgré les frais élevés du réseau Ethereum, sa blockchain native, qui pourraient sembler être un frein naturel.

Cette position de leader met Uniswap Labs, dirigé par Hayden Adams, en première ligne des acteurs historiques de la crypto implantés aux États-Unis. Certains observateurs se demandent si c’est une erreur stratégique, surtout après la réception récente d’un avis Wells de la part de la SEC.

« Les gens me demandent souvent pourquoi nous restons aux États-Unis et ma réponse est simple : je crois que la blockchain est une technologie incroyablement puissante. Comme Internet, elle est là pour rester. Il faut donc que quelqu’un l’explore, et pourquoi pas nous ? »

LIRE  Affaire Ftx: Des SOL brader à 64 dollar !

LA SEC ENGAGERA-T-ELLE DES POURSUITES ?

Rien de vraiment surprenant, comme l’ont récemment affirmé les déclarations d’Hayden Adams sur le réseau X.

Néanmoins, cet avertissement officiel de la SEC semble irriter le fondateur d’Uniswap, qui estime que cela met en lumière le fait que l’organisme de régulation américain « semble plus préoccupé par la protection des systèmes opaques que par celle des consommateurs. »

 

uniswap

« Aujourd’hui, Uniswap Labs a reçu un avis Wells de la SEC. Je ne suis pas surpris. Juste agacé, déçu et prêt à me battre. (…)

Au lieu de travailler à l’établissement de règles claires et éclairées, la SEC a choisi de cibler des acteurs exemplaires comme Uniswap et Coinbase, tout en laissant passer des acteurs moins vertueux comme FTX. »

Cette attaque de la SEC contre un protocole décentralisé d’une telle envergure que Uniswap est une première dans sa croisade anti-crypto. Bien que les autorités américaines tentent depuis un certain temps de trouver un moyen de prendre le contrôle de cette économie réputée libre et autonome.

En fin de compte, est-ce nécessaire pour un acteur du secteur des cryptomonnaies made in US de subir les foudres de la SEC pour prouver son importance ?

C’est un constat amer qui a récemment poussé le patron de Ripple, un expert en la matière, à considérer les États-Unis comme le pire endroit au monde pour lancer une start-up crypto. Cependant, Uniswap Labs se dit prêt à relever le défi, car, comme l’explique Hayden Adams, « la liberté et la DeFi valent bien la peine de se battre. »

Retour en haut