Crypto : Taïwan met fin à une énorme arnaque !

Un groupe de fraudeurs opérant sous la bannière de ACE Exchange a été démantelé à Taïwan, mettant fin à leurs activités néfastes.

La plateforme de crypto-monnaie, obscure en Europe mais prédatrice en Asie, a été au cœur d’une escroquerie où 1200 victimes ont perdu 25 millions de dollars et 32 personnes ont été inculpées pour divers crimes.

L’histoire commence en 2019 lorsque les accusés, notamment David Pan et Lin Keng-hong, ont lancé ACE Exchange, promettant des rendements mirobolants et se vantant d’être l’écosystème blockchain le plus complet d’Asie.

Ils ont incité les investisseurs à acheter des jetons peu fiables tels que NFT Combining, Bitnature et MoChange Token, en utilisant des white papers et des documents falsifiés pour gagner en crédibilité.

Les manipulateurs ont également manipulé les cours des jetons pour attirer davantage d’investisseurs, mais beaucoup ont été incapables de convertir leurs crypto-monnaies en monnaie locale lorsque les valeurs ont chuté.

Après des plaintes, une enquête approfondie a abouti à l’inculpation de 32 personnes pour fraude et blanchiment d’argent, avec des pertes estimées à 25,56 millions de dollars.

Le procureur a requis jusqu’à 20 ans de prison pour les accusés, y compris l’avocat Wang Chen-huan, anciennement président de l’entreprise.

Les enquêteurs ont également saisi des biens, dont des voitures de sport et des crypto-monnaies, en lien avec une autre affaire frauduleuse impliquant le portefeuille crypto « Alfred ou Afu wallet ».

Bien que les dirigeants actuels de ACE Exchange aient tenté de rassurer la communauté crypto en délistant les jetons suspects et en garantissant les actifs déposés, l’entreprise reste sous le feu des critiques.

LIRE  Crypto: La plateforme d'échange OKX lance son mainnet !

Classée comme « à haut risque » par le site Traders Union, ACE Exchange aura du mal à regagner la confiance après cette affaire. C’est une autre victoire contre les escrocs de la crypto-monnaie, mais la vigilance reste de mise.

Retour en haut