Bitcoin: La banque centrale Suisse va t’elle en acheter ?

Depuis octobre 2021, des groupements de citoyens suisses s’efforcent de persuader la Banque nationale suisse (BNS) d’investir dans des réserves de Bitcoin (BTC). Malgré la durée du processus, ils persistent dans leurs efforts, cherchant à recueillir 100 000 signatures pour leur initiative.

Bitcoin : une réserve aussi précieuse que l’or pour une banque centrale ?

L’association 2B4CH, un think tank suisse à but non lucratif, se consacre à l’étude des changements sociaux et politiques induits par Bitcoin. Le groupe, dirigé par son co-fondateur Yves Bennaïm, a lancé une « Initiative Bitcoin » visant à modifier les obligations de la Banque nationale suisse inscrites dans l’article constitutionnel helvète (« Art. 99-3 »). Ils proposent d’ajouter les deux mots soulignés ci-dessous à la fin de cet article :

« La Banque nationale suisse crée des réserves de change suffisantes grâce à ses revenus ; une partie de ces réserves est détenue en or et en Bitcoin. »

Initiative visant à modifier un article de la Constitution suisse

Selon le co-fondateur de 2B4CH, l’objectif principal est de susciter un débat avec cette initiative, notamment pour protéger la souveraineté et la neutralité de la Suisse grâce au Bitcoin, selon ses partisans. Le Bitcoin : une réserve de valeur plus fiable que l’euro et le dollar

De son côté, Luzius Meisser, président de Bitcoin Suisse, défendra l’idée du Bitcoin en tant que monnaie de réserve lors de la prochaine assemblée générale de la BNS. Tous les partisans des cryptomonnaies en Suisse cherchent à garantir la souveraineté nationale face à la Banque centrale européenne (BCE).

« En incluant Bitcoin dans ses réserves, la Suisse affirmerait son indépendance vis-à-vis de la Banque centrale européenne. Cette mesure renforcerait notre neutralité. (…)

LIRE  Bitcoin: Les mineurs toujours en force ?

Je crois fermement que Bitcoin devrait faire partie des réserves monétaires de la Suisse. Cet actif numérique est plus résistant à long terme que les investissements en euros et en dollars, dont les économies ont tendance à utiliser l’inflation pour réduire leurs montagnes de dettes, dévaluant ainsi les investissements de la BNS. »

 

Luzius Meisser donne même un exemple concret à ce sujet. En 2022, il avait suggéré que la BNS investisse 1 milliard de francs suisses (1 Fr. = 1,03 €) dans Bitcoin, en puisant dans la part investie dans les obligations d’État allemandes. S’ils avaient suivi cette recommandation, « la Suisse serait aujourd’hui plus riche d’environ 30 milliards de francs ».

Ce serait une suite logique, car Bitcoin est déjà présent dans certaines banques suisses, comme PostFinance, qui propose cette cryptomonnaie à ses clients depuis plus d’un an.

Si la Suisse souhaite se positionner comme une terre véritablement favorable aux cryptomonnaies, la BNS devra sérieusement envisager d’ajouter quelques bitcoins au Trésor national suisse, à l’instar du Salvador qui a réussi avec succès de son côté de l’Atlantique.

Retour en haut