Binance Contre le Nigeria : Conflit en Cours

La tension monte entre le gouvernement nigérian et Binance, la célèbre plateforme d’échange de crypto-monnaies. Ce différend, qui semblait initialement ouvrir la voie à la collaboration, prend désormais une tournure plus conflictuelle. Un responsable de Binance a récemment fui la surveillance étroite de son lieu de résidence, tandis qu’un autre a officiellement déposé plainte contre le gouvernement pour des pratiques jugées illégales.

Le Nigeria et Binance : Conflit en Cours

Le Nigeria est le théâtre d’un conflit juridique entre le gouvernement et la plateforme Binance. Les détails de cette affaire sont obscurs, en partie à cause des accusations qui semblent disproportionnées mais aussi en raison des amendes potentielles importantes.

Les autorités nigérianes accusent Binance, ainsi que d’autres plateformes locales d’échange, d’avoir perturbé le cours de la monnaie nationale, le Naira. Cette accusation survient alors que le Naira est en déclin depuis plus d’un an, en partie à cause de la mauvaise gestion de la banque centrale locale dans le cadre de son projet de monnaie numérique de banque centrale (MNBC).

Deux responsables de Binance ont été placés en détention dans un endroit qui, malgré son nom de « maison d’hôtes », est en réalité sous étroite surveillance de la sécurité nationale. L’un des responsables a réussi à s’échapper le week-end dernier, bien que le délai légal de détention de deux semaines ait déjà expiré.

« Nous avons été informés que Nadeem n’est plus détenu au Nigeria. Notre priorité reste la sécurité de nos employés et nous travaillons en collaboration avec les autorités nigérianes pour résoudre rapidement ce problème. » – Binance

LIRE  Halving Bitcoin: Token Start la nouvelle solution de minage ?

Une plainte contre le gouvernement

Pendant ce temps, l’autre responsable de Binance se trouve dans une impasse, ayant été privé de son passeport dans le cadre d’une enquête pour fraude fiscale, procédure qui semble ignorer les lois locales.

Tigran Gambaryan, le directeur de Binance au Nigeria, a donc officiellement porté plainte contre le conseiller à la sécurité nationale du Nigeria et la Commission des crimes économiques et financiers du pays, alléguant une violation de ses droits humains fondamentaux.

Selon les rapports du média local Punch, le responsable de Binance exige sa libération immédiate, le retour de son passeport, ainsi qu’une ordonnance officielle interdisant à ces entités gouvernementales de le détenir davantage.

Le sort du dernier responsable de Binance détenu au Nigeria reste incertain. Tout dépendra de la stratégie adoptée par le gouvernement dans cette affaire. Même si l’amende initialement mentionnée de 10 milliards de dollars semble désormais écartée, il est difficile de prédire si la pression diminuera aussi facilement.

Retour en haut