Anti crypto: Joe Biden sur le podium ?

Suite au report par la Chambre des représentants des États-Unis d’une résolution visant à annuler une politique de la SEC concernant les cryptomonnaies, le président Joe Biden a affirmé qu’il mettrait son veto à cette mesure.

Le communiqué du bureau du président des États-Unis, Joe Biden, a émis une déclaration faisant part aux législateurs et au public de l’intention de son administration de s’opposer par veto.

À une résolution conjointe affectant la réglementation des cryptomonnaies par la Securities and Exchange Commission (SEC) si elle devait atterrir sur son bureau.

Dans un message diffusé le 8 mai, la Maison-Blanche a exprimé une opposition ferme aux membres de la Chambre des représentants qui envisagent d’adopter une résolution conjointe.

Cette résolution, selon le communiqué, entraverait les efforts de la SEC visant à protéger les investisseurs sur les marchés des actifs cryptographiques et à préserver l’intégrité du système financier dans son ensemble. La H.J.Res. 109, déposée à la Chambre en février.

Ce dernier révoquerait le Staff Accounting Bulletin (SAB) n° 121 de la SEC, lequel impose aux banques de consigner les actifs numériques de leurs clients dans leurs bilans et de maintenir un niveau de capital adéquat pour ces actifs.

L’administration Biden a exprimé que la publication du SAB 121 a répondu à des risques technologiques, juridiques et réglementaires bien documentés qui ont entraîné des pertes importantes pour les consommateurs.

En utilisant le Congressional Review Act, son invocation pourrait potentiellement restreindre de manière inappropriée la capacité de la SEC à mettre en place des mesures de protection adéquates et à aborder les défis futurs concernant les actifs cryptographiques, y compris la stabilité financière.

LIRE  Ferme de minage BTC en Norvège, le combat commence !

Restreindre la capacité de la SEC à maintenir un cadre réglementaire complet et efficace pour les actifs cryptographiques pourrait introduire une instabilité financière significative et une incertitude sur le marché.

Le 8 mai, les dirigeants démocrates et républicains de la commission des services financiers de la Chambre des représentants ont pris la parole pour exprimer leurs opinions sur la résolution.

Le représentant Patrick Henry, membre du parti républicain, a encouragé les législateurs à soutenir la H.J.Res. 109, arguant que le SAB 121 donnait à la SEC un contrôle excessif sur la façon dont les institutions financières et les entreprises protègent les actifs numériques des citoyens américains.

Le représentant McHenry a déclaré : « Pour permettre aux Américains de s’engager en toute sécurité avec des actifs numériques, les banques – qui sont parmi les entreprises les plus réglementées de notre pays – sont probablement le meilleur moyen ».

La représentante Maxine Waters, membre démocrate de la commission de la Chambre des représentants, a exprimé son opposition à la résolution commune.

Elle a soutenu que la règle comptable de la SEC favorisait une transparence accrue dans le domaine des actifs numériques.

Reprenant les affirmations de la SEC sur les risques spécifiques liés aux cryptomonnaies, elle a critiqué les actions de M. McHenry, les qualifiant de « nuisibles » et de « partiales ».

« Ce niveau de transparence contribue à prévenir les fraudes et les mauvaises pratiques de gestion des actifs cryptographiques, qui ont précipité l’effondrement de grandes sociétés comme FTX », a affirmé le représentant Waters.

Après un débat à la Chambre au cours duquel la H.J.Res. 109 semblait sur le point d’être adoptée par un vote vocal, le représentant McHenry a demandé un décompte précis des voix favorables et défavorables.

LIRE  Bandzai : Le Jeu de Cartes Déjanté où Jouer Rime avec Gagner (play to earn)

Le président de la Chambre a reporté l’examen de la résolution « à une date ultérieure qui sera annoncée ». Conformément à la Constitution américaine, la Chambre peut passer outre au veto du président Biden par un vote à la majorité des deux tiers.

Retour en haut